#3

15,00

Sans doute le troisième opus, intitulé sobrement #3, est-il le plus sérieux. Enregistré en 2010, quelques années après que le quatuor est devenu le premier lauréat du Conservatoire de Paris dans cette formation, ce disque ose s’attaquer à la gravité de Brahms, au lyrisme de Puccini et à la fougue de Dvořák. Les transcriptions de l’ouverture de Candide de Bernstein et de la Danse des Comédiens de Smetana sont rapidement devenus des tubes du QAH.